Bibliothèque de Daoulas

Accueil > Les nouveautés > Les nouveautés hiver 2013 - section adulte

Les nouveautés hiver 2013 - section adulte

jeudi 21 novembre 2013, par bibliothèque de Daoulas

Parmi les acquisitions les plus récentes vous retrouverez,
en plus des nombreuses bandes dessinées

  • des romans

    - Trahie, STEEL Danielle
    - Et puis, Paulette ..., CONSTANTINE Barbara
    - Confessions d’une sage-femme, CHAMBERLAIN Diane
    - Je ferai de toi un homme heureux, RAGDE Anne B
    - Les images du passé, TAYLOR BRADFORD Barbara
    - Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, ORMESSON, Jean d’.
    « Toujours amoureux de la vie, Jean d’Ormesson revient dans ce vrai-faux roman-kaléidoscope sur la vie en général, sur ce qui la rend belle, ce qui l’a rendu heureux mais aussi sur ce qui en fait un immense point d’interrogation. Il revisite les thèmes qui lui sont chers, avec une profondeur émouvante : souvenirs de jeunesse, de voyages, considérations sur l’amour, la modernité, la beauté, la vérité, le bonheur de l’écriture, le temps qui passe, la finitude humaine, Dieu en qui il voudrait croire de toutes ses forces. Sous l’élégance de l’écriture, les phrases ciselées et l’apparente légèreté, pointent la nostalgie et le discret désespoir de qui sent approcher le jour où il lui faudra quitter cette terre et la femme aimée. À la fois cabotin et sérieux, se posant en éternel Candide, il passe en revue tous les questionnements sans réponses face au mystère de l’univers. C’est un feu d’artifice, un festival de mots que nous offre ce vieux jeune homme. » (L’Hebdo des Notes)
    - La confrérie des chasseurs de livres, JERUSALMY Raphaël.
    « Paris, 1462. Le poète François Villon croupit en prison en attendant d’être pendu. Survient l’évêque de Paris qui propose de le gracier ; en retour François doit se rapprocher d’un imprimeur allemand, afin de faciliter l’émission de textes interdits par le pape, mais qui peuvent servir le pouvoir du roi Louis XI. Le poète maudit est entraîné vers la Terre Sainte, à la rencontre d’hommes érudits et de bandits de toutes les nations. » (L’Hebdo des Notes)
    - La nostalgie heureuse, NOTHOMB Amélie.
    « Au printemps 2012 une équipe de France 5 propose à Amélie Nothomb un reportage sur les traces de son enfance japonaise. Le projet enthousiasme la romancière qui, née à Kobé, a vécu comme un séisme l’arrachement, à l’âge de cinq ans, à sa terre « élue ». Hormis deux séjours en 1989 et 1996, elle n’y est plus retournée. De Kyoto à Tokyo, de Kobé à Fukushima, des retrouvailles avec sa vieille nourrice Nishio-san ou avec Rinri, le beau fiancé qu’elle a fui, elle nous invite à partager sa nouvelle rencontre avec le pays bien-aimé. « Tout ce que l’on aime devient fiction », affirme-t-elle d’emblée : les souvenirs affluent, l’émotion et la tendresse la submergent et les images du Japon d’aujourd’hui sont joliment réalistes ou incongrues. « Le manque de Japon » s’est apaisé chez la narratrice et la tristesse de la nostalgie à l’occidentale s’est évanouie. Son récit laisse un plaisant goût de natsukashii : de nostalgie heureuse. » (L’Hebdo des Notes)
    - Profanes, BENAMEUR Jeanne.
    « Octave Lassale, quatre-vingt-dix ans, vit seul dans sa grande maison. Il décide d’engager quatre personnes à son service pour l’aider dans sa fin de vie. La présence de ces accompagnateurs scande les journées du vieil homme qui laisse ses souvenirs affluer. Par le biais de ces destins croisés, il cherche surtout à échapper au chagrin qui le mine depuis tant d’années : la mort accidentelle de sa fille dont il n’arrive pas à faire le deuil... » (L’Hebdo des Notes)
    - Un jour par la forêt, SIZUN Marie.
    « Sabine, en cinquième dans un lycée parisien, n’arrive pas à suivre. Personne ne peut l’aider : son père a quitté l’appartement de Montreuil, sa mère s’échine à faire des ménages. Elle s’ennuie en classe, ne comprend rien, n’aime pas les professeurs ni les matières enseignées, sauf le dessin. Un rendez-vous, demandé à sa mère par son professeur de français, déclenche en elle une véritable panique. Elle fait l’école buissonnière, erre dans Paris. Une rencontre providentielle bouleverse sa vie. » (L’Hebdo des Notes)
    - L’échange des princesses, THOMAS Chantal.
    « En 1721, selon un scénario conçu par le Régent, deux princesses se croisent sur la Bidassoa. L’infante d’Espagne, quatre ans à peine, rayonnante, est destinée à Louis XV ; Mademoiselle de Montpensier, douze ans, renfrognée, à l’infant d’Espagne. La toute petite Anna Maria Victoria, gaie, sûre d’elle, tombe en adoration devant son futur époux, pourtant bien froid et indifférent. Louise Élisabeth, malgré la tendresse manifestée par Luis, perd peu à peu l’esprit, dans un environnement sinistre. En 1725, la donne a changé : les deux cortèges repartent en sens inverse. » (L’Hebdo des Notes)
    - L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire ikea, PUERTOLAS Romain.
    « Grâce à son génie de l’arnaque farceuse et de la manipulation, Ajatashatru est un fakir respecté dans son village du Rajasthan, près du désert de Tharthar... Avec pour viatique un billet de cent euros imprimé d’un seul côté, il débarque à Paris pour commander chez IKEA le dernier modèle de lit à clous ! Expédié à Londres dans le placard suédois où il s’est caché pour la nuit, le voilà embringué dans une équipée saugrenue et transfrontalière, découvrant les bons et les mauvais côtés de l’espace Schengen. Son dernier coup fourré avec Sophie Morceaux (!) va-t-il vraiment changer sa vie ? » (L’Hebdo des Notes)
    - En même temps, toute la terre et tout le ciel, OZEKI Ruth.
    « Après le tsunami, le sac plastique a dérivé du Japon jusqu’à une plage de Colombie Britannique. À l’intérieur, Ruth découvre une montre, un carnet et des lettres. Entourée d’amis biologistes et de traducteurs, elle qui est écrivain s’attache à remonter le temps et plonge dans l’univers de Nao. Avant de mourir, la jeune lycéenne avait décidé de retracer sa propre histoire, celle de sa grand-mère dans son monastère et celle d’un soldat du ciel. » (L’Hebdo des Notes)
    - Combien veux-tu m’épouser ?, AZZEDDINE Saphia.
    « Ils sont beaux (lui plus qu’elle), riches (elle plus que lui), ils ont du coeur, ils s’aiment et vont se marier. Le jour du mariage, la future mariée raconte sa love story, la rencontre sur la plage d’une île privée des Seychelles. Puis les parents, la soeur, les amis, les domestiques jugent la riche héritière romantique et son superbe fiancé au passé mystérieux. » (L’Hebdo des Notes)
    - L’invention de nos vies, TUIL Karine.
    « En ne gardant que les trois premières lettres de son nom arabe (Samir), Sam Tahar, brillant avocat d’affaires à New York, a réussi à dissimuler son extraction modeste. Une émission sur CNN, un article du Times... et le passé refait surface. Samuel, son ami de jeunesse, le reconnaît et comprend qu’il a emprunté plusieurs éléments à sa propre histoire, notamment ses origines juives. Samuel pousse sa compagne Nina à faire chanter l’usurpateur. Mais l’amour fou qui, autrefois, a lié Samir et Nina resurgit... » (L’Hebdo des Notes)
    - L’atelier des miracles, TONG CUONG Valérie.
    « Millie, jeune secrétaire, échappe à l’incendie de son immeuble en sautant par la fenêtre et en sort amnésique. Mariette, professeur dont le couple se détériore, poussée à bout par les provocations d’un de ses élèves, le gifle, entraînant sa chute dans les escaliers. Monsieur Mike, ancien déserteur devenu clochard, est agressé par d’autres SDF, jaloux de sa position. Alors qu’ils désespèrent, leurs destins se croisent à l’Atelier, association caritative qui prend en charge des personnes vulnérables. Le responsable de cet organisme, Jean, finit par révéler la véritable motivation de son bénévolat. » (L’Hebdo des Notes)
    - Chuuut !, BOISSARD Janine.
    « Dans un château près de Cognac, trois générations cohabitent : les grands-parents, superbes de noblesse, de gentillesse et de compréhension, trois de leurs quatre enfants adultes mariés – leur fille Roselyne s’est enfuie à dix-huit ans avec un Hollandais – et six petits-enfants entre douze et vingt ans dont l’un est autiste. Un jour, arrive d’Amsterdam Nils, dix-sept ans, « l’enfant prodigue », maintenant orphelin ; il suscite quelques jalousies parmi les membres du clan jusqu’à ce qu’un drame bouleverse l’équilibre familial aux lourds secrets. » (L’Hebdo des Notes)
    ...

  • des romans policiers

    - Le jeu : Niveau 1 : Oserez-vous entrer ?, DE LA MOTTE Anders.
    - Le 9 ème Jugement, PATTERSON James.
    - A quelques secondes près, COBEN Harlan.
    - Une femme surveillée, LINK Charlotte.
    - Zoo, PATTERSON James.
    - 22/11/63, KING Stephen.
    - Mort d’un banquier : Les dessous de l’affaire Stern, DUBY Valérie.
    - La nettoyeuse, HERRMANN Elisabeth.
    - Dark Horse, JOHNSON Craig.
    « Mary Barsad est arrêtée pour avoir tué son mari en tirant six balles à bout portant. Elle explique son geste par le fait que son époux a mis le feu à son écurie, tuant ainsi ses chevaux de compétition. Transférée dans la prison du shérif Walt Longmire, elle est ensuite conduite à l’hôpital pour examens. Elle est alors agressée par un quidam qui lui plante un scalpel dans la gorge. Le shérif croit à l’innocence de sa prisonnière, d’autant qu’un enfant est enlevé et un autre protagoniste assassiné ! Risquant sa vie dans cette affaire, il n’aura de cesse de découvrir le véritable coupable. » (L’Hebdo des Notes)
    - Inferno, BROWN Dan.
    « Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, a très mal à la tête… Il se réveille à l’hôpital, et, ô stupeur, à Florence ! On lui en veut. S’engage alors une course-poursuite diabolique entre plusieurs adversaires déterminés et Langdon et son alliée, Sienna Brooks, jeune médecin ravissante et surdouée. Le duo se déplace de Florence à Venise, puis plus à l’est, à travers des monuments célèbres, parcourus de façon surprenante. Le guide ? Dante Alighieri et son poème épique Inferno. Un étrange objet renvoie à un projet scientifique terrifiant. L’OMS est aux abois ainsi qu’une inquiétante et mystérieuse Organisation. » (L’Hebdo des Notes)
    - 7 jours, MEYER Deon.
    « Benny Griessel, capitaine de police dans la prestigieuse section « Hawks », est chargé d’une enquête pour le moins délicate : retrouver l’assassin d’une jeune juriste tuée quarante jours plus tôt, crime pour lequel le premier enquêteur n’a trouvé ni indice, ni mobile. Un mystérieux imprécateur promet de tuer un policier par jour jusqu’à l’arrestation du coupable. Benny se livre alors à une véritable course contre la montre, tout en se rapprochant d’Alexa, chanteuse alcoolique, cependant que lui-même lutte contre ses démons après plusieurs mois d’abstinence difficile. » (L’Hebdo des Notes)
    - Profanation, ADLER-OLSEN Jussi.
    « Copenhague. Un dossier classé atterrit mystérieusement sur le bureau de Carl Mørk, inspecteur du Département V, unité d’investigation spécialisée. Ce dossier fait état du meurtre de deux adolescents retrouvés affreusement agressés dans leur résidence secondaire l’été 1987. Six jeunes adolescents de bonne famille, élèves de la même classe, avaient été soupçonnés sans pouvoir être confondus. Certains d’entre eux sont maintenant des notabilités influentes au Danemark. Les embûches et retardements divers n’empêchent pas de réactiver l’enquête révélant d’autres crimes où l’horreur augmente à chaque découverte. » (L’Hebdo des Notes)
    - Descente en enfer, PRESTON Douglas.
    « À peine Pendergast a-t-il retrouvé sa femme qu’elle est kidnappée sous ses yeux. Après une période d’abattement, l’agent du FBI sort de sa torpeur pour venir en aide à l’inspecteur Dagosta dans une affaire de meurtres en série qui va le conduire de New York au Brésil sur les traces d’une poignée de nazis se livrant à des expérimentations eugénistes. Ce groupuscule serait-il à l’origine de la disparition d’Hélène ? » (L’Hebdo des Notes)
    - La reine de la baltique, STEN Viveca.
    « L’été flamboie. Sandhamn, petite île paradisiaque de l’archipel de Stockholm, fait soudain la une des médias à cause d’un fait divers macabre. Un employé sans histoire, étranger à l’île, est découvert noyé, emprisonné dans un filet de pêche. L’enquête conclurait à un suicide si une cousine de la victime n’était retrouvée morte. Thomas, policier dépressif chargé de l’enquête, soupçonne un trafic d’alcool. Nora, son amie d’enfance avocate, découvre sur la plage un nouveau cadavre. » (L’Hebdo des Notes)
    - Oh, my dear !, MIDDLETON T. J..
    « Ne pouvant plus supporter sa femme, Al, d’une pichenette efficace, la précipite, elle et son ciré jaune, du haut de la falaise. Bon débarras ! Sauf que, de retour chez lui, il la trouve à la maison. Quelques galipettes sexuelles lui permettent de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un mirage. Peu après, on apprend qu’une jeune femme du village, portant elle aussi un ciré jaune, a disparu. Ciel, se serait-il trompé ? Bien dérangeant tout ça. Le voilà condamné à mettre en branle un engrenage mortel pour ceux qui ont peut-être vu quelque chose et risquent de le dénoncer. » (L’Hebdo des Notes)
    - La maison des chagrins, DEL ARBOL Victor.
    « Après un long séjour en prison pour avoir abattu le chauffard responsable de la mort de son épouse et de sa fille, Eduardo, peintre autrefois coté, survit chichement à Madrid. Gloria, violoniste de talent, lui commande le portrait de celui qui a écrasé son fils bien-aimé et amorce ainsi une réaction en chaîne : victimes et bourreaux s’affrontent dans un ballet funeste, entre passé et présent. » (L’Hebdo des Notes)

  • des prix littéraires

    - Il faut beaucoup aimer les hommes, DARRIEUSSECQ Marie.
    « Lors d’une soirée branchée à Hollywood, Solange, actrice française, tombe passionnément amoureuse de Kouhouesso, canadien noir, originaire du Cameroun, acteur également. Lui se laisse aimer et se hérisse à toute allusion à sa couleur de peau. Il a une obsession : faire un film à partir du roman de Joseph Conrad : Au coeur des ténèbres. Quand il parvient enfin à monter la production de son film, tous deux partent en Afrique pour le tournage. » (L’Hebdo des Notes)
    - Au revoir là-haut, LEMAITRE Pierre.
    « À l’issue de la Grande Guerre, trois soldats retrouvent la vie civile. Pradelle, aristocrate déclassé et cupide, se fait confier, en utilisant ses relations, le transport des cadavres de combattants, enterrés à la va-vite pendant les combats, vers de grands cimetières militaires. Il fraude tant et plus afin de s’enrichir au plus vite. Morphinomane, fantasque et brillant dessinateur, Édouard, qui a eu le visage ravagé par un obus en sauvant la vie d’Albert, pousse son compagnon de galère, reconnaissant et dévoué, à monter avec lui une escroquerie aux monuments aux morts. Mais pour tous, la vérité finira par émerger... » (L’Hebdo des Notes)

Portfolio